Bd. Grande-Duchesse Charlotte, 56
L-1330 Luxembourg
www.psysteme.lu
+661 203 915
info@psysteme.lu

Burn out, dépression des temps moderne ?

 

Qui ne connait pas quelqu’un de fatigué ou d’épuisé au travail ? Un collègue qui est en maladie pour quelques semaines, un autre qui devient de plus en plus agressif où qui s’isole, un troisième à qui tout le monde conseille de  « lever le pieds » ? Voilà quelques signes du burn out.

Depuis un peu plus de 40 ans, le syndrome d’épuisement professionnel est décrit dans la littérature spécialisée. Herbert Freudenberger, dès 1975, parle d’ « effondrement, de fatigue extrême, d’épuisement provenant d’une demande excessive d’énergie, de force ou de ressources ».  Depuis une dizaine d’année, ce syndrôme explose. Quels en sont les signes ? Y a-t-il moyen de s’en sortir ?

 

Trois axes de l’épuisement professionnel sont distingués :

- l’épuisement émotionnel, se sentir vidé,

- la dépersonnalisation : prise de distance vis – vis de l’autre, qu’il s’agisse de collègues ou de clients( cynisme, agressivité, passivité…)

- le faible accomplissement personnel : sentiment d’incompétence, de ne servir à rien…

 

De ces trois axes, voici quelques indices qui peuvent survenir au travail mais aussi déborder dans la vie privée :

  1. Trop ou trop peu de travail: Les personnes qui travaillent trop et trop dur et qui sont constamment mises sous pression par le temps où par leur hiérarchie, souffrent de fatigue, de stress et finalement d’épuisement. Le contraire l’est également : trop peu de travail donnant la sensation d’inutilité, de rejet, de frustration, que personne ne vous voie en vous votre potentiel. La reconnaissance professionnelle n’est plus rencontrée.
  2. Stress: différents facteurs peuvent accroitre le stress au travail. Si ce stress peut être utile dans certaines situations et jusqu’à un certain seuil, il peut très vite se transformer en un stress épuisant.
  3. Différence entre les intentions et la réalité du travail. Le travail demandé ne correspond pas ou plus à ce pour quoi vous avez été engagé ? Les objectifs de l’entreprise ont fortement changés ? Vous n’avez pas où plus les moyens d’effectuer ce qui vous est demandé correctement ? Vous ne vous retrouvez plus dans les valeurs de votre travail.
  4. Conscience du temps: Vous avez l’impression que des heures ont passé alors que l’horloge vous indique qu’il y a à peine un quart d’heure d’écoulé ? Les personnes qui souffrent d’épuisement sont très sensibles au temps. Ils utilisent l’avancement de l’heure pour s’aider à passer la journée. De plus, elles ont la sensation que le temps où elles ne travaillent pas passe beaucoup plus vite. Les personnes qui ont du plaisir à travailler ont au contraire l’impression que les journées de travail passent vite.
  5. Troubles de la concentration: Les personnes épuisées ne trouvent ni plaisir ni satisfaction dans leur travail. Elles ont donc grande peine à rester concentrées. S’il vous arrive souvent de fixer votre écran ou de continuer de passer beaucoup de temps à une même affaire.
  6. Estime personnelle en baisse. Le travail m’aide à avoir une bonne estime de moi.
  7. Renfermé: Les personnes épuisées se renferment sur elles-mêmes et s’isolent de leurs collègues puisque ceux-ci semblent se porter bien dans des circonstances pourtant identiques. Elles ne peuvent donc qu’en déduire( à tort) que le problème vient d’elles-mêmes.
  8. Ennui: Il est normal d’avoir l’envie de temps à autre de ne pas être au travail, mais il n’est pas normal de l’avoir en permanence. Vous ne parvenez plus à vous enthousiasmer pour aucune facette de votre travail.
  9. Ne pas être capable d’affronter la journée: Il arrive que certaines personnes soient arrivées à un tel stade qu’ils vomissent au réveil, rien qu’à l’affreuse idée de devoir aller travailler. Si vous devez vous traîner hors du lit par tous les moyens, vous êtes sans doute déjà arrivé à un stade avancé d’épuisement.
  10. Des signes physiques: fatigue, courbatures, mal de dos, tremblement, manque d’appétit, mal de tête…

Des pistes pour éviter le burn out ou pour se soigner :

La première des choses est de pouvoir reconnaitre ce burn out et en identifier les causes. Ce travail ne peut se faire que par une personne neutre, un médecin ou un thérapeute. Ensuite, c’est de changement dont il faudra parler, changement d’attitude vis-à-vis du travail ou adaptation du travail. S’exprimer et sortir de sa solitude face aux pressions est déjà une aide précieuse.  Le repos est bien sûr nécessaire mais pas efficace s’il n’est pas accompagné d’une prise de conscience de sa situation. Des ressources peuvent aussi être mises en place.

Jean-Bernard Lievens

Site réalisé par Pascale Rigaux | Graphic Designer & Claude-Philippe Lievens | Web Developer